Engagement : le cœur à l’ouvrage !

IMAGE BLOG (30)

Avant de commencer, il convient de définir ce que l'on entend vraiment par Engagement. Dans un contexte d'entreprise, on peut l'associer au fait qu'un collaborateur s’identifie aux valeurs de son organisation, et réalise des efforts discrétionnaires dans son travail pour contribuer à sa réussite. Il rejoint également le sentiment d’appartenance à l’entreprise et l’identification à sa culture.

ENGAGEMENT & AFFECT


Engagement au travail et affectL’investissement au travail se constate avant tout par l’implication subjective d'un collaborateur dans sa tâche primaire au travail. S‘intéresser à l’engagement du collaborateur au travail, cela signifie aussi s’intéresser à davantage que le simple travail fourni. Le collaborateur qui réalise sa tâche primaire au travail ne suffit plus.

Il s’agit d’
être plus qu’un travailleur et l’entreprise y tient. Elle y tient, car le collaborateur engagé fait plus que son travail. Il s’engage corps et cœur à l’ouvrage. Cet investissement engagé aboutit à des objectifs plus grands que ceux qui relèvent du prescrit (lors de l’entretien d’évaluation notamment).

Grâce à un travailleur engagé, la performance est engagée pour longtemps.

TRAVAIL RÉEL - ENGAGEMENT PERFORMANCE

Ph. Davezies définissait le travail réel comme « l’action déployée par le travailleur pour faire face à ce qui n’est pas prescrit par l’organisation du travail. »  Ainsi, faire ce qui est formalisé n’est pas suffisant pour effectuer le travail et atteindre l’objectif.ERPORT - KURKDJIAN

L’affect pour son entreprise permet la part créative du travail. Mais, c'est bien souvent dans cet affect, (cette effort discrétionnaire), que se cache le risque psychosocial, lorsqu'il est mis à mal. Plus le cœur est à l’ouvrage, plus il souffrira si les conditions de l’ouvrage sont défavorables. L’amour porté à mon travail sera proportionnellement aussi fort que mon engagement, mais aussi fort que ma souffrance si je suis malmené(e).

Des attitudes défensives de retrait, de démobilisation peuvent être observées pour éviter la souffrance - elles sont des défenses contre le risque.

ENQUÊTER POUR ENGAGER & SURTOUT PRÉVENIR LE DÉSENGAGEMENT

Enquêter pour engager et surtout prévenir le désengagement


Engager un collaborateur
, au-delà de la signature du contrat (d’engagement), c’est être attentif à ses besoins et créer un lien affectif avec l’entreprise. Pour répondre aux besoins d’une personne, d’un groupe de personnes, il faut les connaître. Il convient d’investiguer pour connaître et recueillir les besoins des collaborateurs afin de créer un lien de confiance et de reconnaissance.

De multiples outils existent et font la part belle au marché du bien-être au travail pour investiguer le capital humain : sont-ils adaptés ? Répondent-ils vraiment à ce « besoin » ?

Au regard des chiffres alarmants du désinvestissement, du turnover, de la souffrance au travail … il semble que non. Un climat de défiance est apparu entre la sphère opérationnelle représentée par les collaborateurs et la sphère décisionnelle. Les intérêts divergents et le désengagement l’emportent.

Une expérience (menée par Shérif en psychologie sociale) a démontré que pour atténuer le conflit entre deux groupes, il faut les orienter et les canaliser sur un objectif commun. Les tensions s’atténuent alors, car ce temps de partage autour d’un projet, d’un objectif et d’intérêts communs les rapproche. Ils se connaissent mieux. Les stéréotypes et les représentations erronées des uns sur les autres s’effacent et ils s’engagent l’un et l’autre dans ce projet commun.

Les outils de ce partage et de cet échange sont là, mais souvent inadéquats et inadaptés. L’enquête d’engagement, par exemple, a pour ambition d‘investiguer le besoin, le rapport au travail du collaborateur. Jusqu’ici, elle se réalise de façon creuse, mal « dosée » et peu exploitée !

Envisager l’enquête, c’est prendre au sérieux l’expression des collaborateurs. L’entreprise s’y intéresse et répond au besoin. De cette façon, elle se rapproche de plus en plus et le lien se renforce. Pour ce faire, rien de magique ! N’avons-nous pas évoqué l’affect précédemment ? Eh bien … l’attachement est un état émotionnel qui se travaille chaque jour ! 

 Tout comme le lien collaborateur / entreprise - il suffit de trouver le bon outil 

Livre blanc,  "La (mal) mesure de l'engagement au travail"

  Cet article vous a plu ?